Votre mode de consommation sur Internet

24.09.2012

Quel est votre mode de consommation sur Internet ? Livre numérique, musique, film, série, presse en ligne, télévision ? Combien de temps y consacrez-vous en moyenne ? Sur quels sites, quelles plateformes allez-vous?




les réponses et réactions

  • technici1 le 25.09.2012 à 15 h 18 min

    J’écoute la musique 30 minutes par semaine sur des sites légaux ne demandant pas d’inscription, l’enregistre, la ré-encode puis l’écoute sur mon baladeur. Les sites légaux, notamment YouTube, constituent à mon sens une entérination de fait de la licence globale.

    La presse internationale et/ou nationale ayant pris l’habitude choisie ou subie de ne pas vérifier les informations au profit du sensationnalisme – une rumeur récente d’un acteur américain intentant un procès à un géant des téléphones intelligents sert d’exemple – je consacre 1 heure par jour à lire puis vérifier pointillieusement chaque information auprès des sites de référence – site de l’auteur, site du prétendu orateur, légifrance etc. Wikipedia, owni et la presse informatique internationale constituent mes principales sources – desquelles j’élimine systématiquement tout organisme de presse pratiquant avidement le copier-diffuser.

    arthurb le 25.09.2012 à 14 h 56 min

    Je consomme surtout des séries, françaises avant tout.

    kerrubin le 25.09.2012 à 14 h 37 min

    Livre numérique : environ 30minutes à 2heures par jour.
    Principalement sur Amazon suite au Kindle qui m’a été offert. Sa simplicité d’usage et les prix qui sont pratiqués me conviennent.
    J’ai tenté sur la Fnac, mais à cause de leur choix, je n’ai pas pu lire un simple ebook gratuit.
    Je verrais sur d’autres plates formes au fil du temps.

    Musique : 1heure à 3heures par jour
    Je me fournis principalement chez des labels indépendants, donc c’est très variable et parfois peu aisé.
    Mais je ne prends que des fichiers sans DRMs (puisque je les utilise sur plusieurs supports différents).
    Sinon, le direct download pour tout ce qu’il n’est pas possible de se fournir via offre légale.

    Film :
    Avec une carte UGC Illimité, je vais souvent au cinéma (~3-4 films par mois).
    Je n’achète que rarement des DVD/BR (uniquement lorsqu’il y a des prix de groupe du genre 5DVD pour 30€ chez la Fnac), pour un budget annuel de moins de 100€.
    Aucun usage de la VOD car les formats ne me conviennent pas souvent (je regarde exclusivement du VOSTF par exemple et quasiment jamais des productions françaises).
    Sinon, le direct download pour tout ce qu’il n’est pas possible de se fournir via offre légale.

    Presse en ligne :
    Des sites d’informations spécialisés, donc aucun quotidien de presse issue de la presse traditionnelle.

    Télévision :
    Je ne regarde plus la télévision depuis plusieurs années.

    kaz0ku le 25.09.2012 à 14 h 32 min

    Je consulte uniquement les informations via Internet ( Rue89, 20minutes, le Monde en majorité ) Internet m’a complètement fait arrêter la télé, question culture je n’achète absolument AUCUN contenu dématérialisé (et ne le ferait jamais), qu’il s’agisse de livres, musique, films ou bien jeux vidéos, je continue d’acheter des cd ( un prix astronomique ) tout comme les blu-ray, mais Internet est surtout devenu pour moi LA source de découverte de nouveau artistes via Twitter et Youtube ( via les chaînes officielles des artistes qui permet d’accéder facilement a leurs clips )
    Par contre je regarde énormément de séries TV en streaming ( avec des délais tellement long pour les vois arriver en France avec une VF massacrée on n’a pas vraiment le choix.
    l’offre légal sur internet est sans intérêt et hors de prix des que tu commence à chercher autre chose que les gros artistes, ou encore des artistes étranger ( surtout asiatique qui sont alors quasiment ignorer par les spotify et consort )

    trexmaster le 25.09.2012 à 14 h 17 min

    Je consomme des films, des séries et des émissions TV, des livres et de la musique , mais tout cela uniquement illégalement car l’offre légale souffre de défauts rédhibitoires :
    - choix limité
    - DRMs
    - chronologie des médias d’un autre âge
    - restrictions géographiques à la disponibilité qui n’ont pas de sens dans un réseau mondial comme Internet
    - sur les DVDs et les blu-rays, bandes-annonces inintéressantes qu’on ne peux pas passer et messages légaux à la limite de l’insulte quand on a payé pour un contenu
    - qualité plus que moyenne (les sites de replay par exemple, dont beaucoup de programmes ne sont pas disponibles en HD)
    - et bien sûr un prix trop élevé (surtout quand on considère les défauts ci-dessus)

    Si en plus on ajoute la politique des producteurs de contenus, entre demandes de répression accrue de leurs clients et demandes permanentes d’aides publiques ou de taxes particulières supplémentaires, non, ça ne donne vraiment pas envie de payer pour du contenu.

    darkwizard le 25.09.2012 à 14 h 15 min

    Musique :
    Je n’achète de la musique que sur des plateformes comme Bandcamp. Ce service est l’un des meilleurs pour plusieurs raisons :
    – fichiers sans drm
    – la possibilité d’obtenir pour le même prix les morceau dans différents formats et dans différentes qualités
    – la transparence entre ce que gagne l’artiste et ce que gagne le vendeur
    – la possibilité de payer pour la même chose et que ce soit uniquement l’artiste qui touche cette argent
    Le reste du temps j’écoute la musique via youtube ou des webradios (radio seven, rock one principalement).

    TV (2 h par jours en moyenne) :
    Je n’ai plus la télé, je regarde exclusivement des émissions via les systèmes de rattrapage. Pour les séries, je les télécharge illégalement et j’attend une offre convaincante pour passer du côté de la légalité. J’attend une offre avec un abonnement mensuel, indépendante d’une box, avec du contenue récent et proposant du contenue sans aucune limitations.
    Canalplay infinity pourrais convenir, mais actuellement leur offre manque de clarté quand à savoir si un contenue est disponible dans cette formule ou en vod (payement à l’épisode).

    Jeux video (trop de temps :-) :
    Depuis que j’ai un travail je les achètes sur Steam principalement. Quand j’étais étudiants, le téléchargement illégale était la seul solution au vu de mon budget. En effet la majorité de mon budget loisir numérique était simplement pris par l’achat ou la mise à niveau de mon ordinateur.
    Steam est la plateforme principal ou j’achète des jeux pour deux raisons : ça marche bien et ils font des promotions intéressantes.

    deusirae le 25.09.2012 à 14 h 14 min

    Je consomme des livres et des films sur le Net, et je constate avec désespoir que malheureusement, la copie pirate reste le seul moyen actuellement pour avoir quelque chose de qualité sur Internet.
    Les livres d’abord. La différence de prix entre le support dématérialisé et le vrai livre papier est ridicule. Il arrive même que le support dématérialisé soit plus cher que l’édition de poche ! Pas de frais de distribution, pas de frais d’impression, une seule fois les frais de numérisation… Il ne devrait rester que la part de l’auteur et celle de l’éditeur (+taxes), mais celles-ci sont multipliées sur le support dématérialisé. Sans compter bien entendu l’indigence des catalogues. On nous parle de dizaines de milliers de livres numérisés, mais c’est ridicule comparé à la production anuelle (alors que l’impression passe pas une forme numérisée de l’édition).
    Pour les films, c’est pire : on loue un film opur le regarder une seule fois plus cher que dans le vidéoclub du coin, avec un choix limité à quelques blockbusters, et encore si très récents. Juste pour comprendre ce dont je parle, cherchez la guerre des étoiles (un film qui se vend en DVD/Blu-Ray à chaque réédition) en VOD en France…

    Bref, les catalogues indigents et les prix prohibitifs font le bonheur de ceux qui tire des bénéfice des copies pirates. Le meilleur exemple est le nombre de gens ayant pris à l’époque des abonnements payant sur Megaupload, qui étaient donc prêts à payer pour un contenu qu’ils ne pouvaient obtenir ailleurs.

    drizzt2511 le 25.09.2012 à 14 h 13 min

    sur internet je consomme surtout des séries et film en replay, un peu de musique et presse en ligne.
    je suis surtout sur du gratuit (l’offre est assez large pour m’occuper un certain temps) meme si de temps en temps j’achete un film en VOD
    Etant à la campagne, le replay n’est disponible qu’en streaming (pas de box avec télé) et c’est donc inregardable assez souvent… A quand une offre de telechargement temporaire comme sur canal+ ?
    Ensuite je consomme énormement de « culture participative » et en particuliers sites de photos faites par des amateurs. Car meme si les pros representent beaucoup en audience, les non pros representent le plus de volume !!! Il ne faut donc pas perdre de vue que le code de la propriété intellectuelle s’applique également à eux (nous) !
    en effet, ceux qui créent le plus de valeur sur internet (informations, aide sur des forums, etc.) ce sont des gens qui le font par passion et souvent gratuitement !

    badpinguin le 25.09.2012 à 12 h 55 min

    Je consulte des sites d’informations géo-politiques, scientifiques, musicaux et sportifs ainsi que des documentaires en streaming et des séries en podcast. J’y consacre en moyenne 2 à 3 h/jr.

    mais0uais le 25.09.2012 à 12 h 53 min

    Série, emission de TV, presse en ligne sur les site de replay, canal et arte principalement et google actu pour la presse.

    eric le 25.09.2012 à 12 h 53 min

    J’ai essayé il y a quelques années d’acheter de la musique sur le net en téléchargement. Je trouvais cela très utile et bien fait.
    Pour un total de 80/100 euro.
    Comme je change (et bidouille) fréquemment mes PC, je me retrouve aujourd’hui dans l’impossibilité d’écouter la musique que j’ai téléchargé légalement (achetée !!).
    Grace à ces chers DRM ma musique est pourrie, perdue. J’ai d’ailleurs fini par effacer ces fichiers de mes PC. Je trouve cela scandaleux de la part de l’industrie du disque.
    Depuis ces mésaventures, je suis revenu à l’achat de support physique. Et accessoirement au téléchargement « illégal » :(
    Tant que les DRM seront en vigueurs je continuerais ainsi !
    Cela est bien sur valable pour les films et livres.
    En ce qui concerne les livres, je trouve la différence de prix trop faible entre la version papier et numérique ! Je ne suis pas près à mettre plus de 6 € pour un livre numérique qui en papier vaut 11 €. Dans ce cas je prendrais le papier.
    Pour les films en VOD, je trouve le prix bien trop cher également. 4 ou 5 € pour voir le film une seule fois ??? Je préfère encore acheter le DVD à 7/8 € quelques mois après la sortie.
    En conclusion : Un gros potentiel gaché par deux choses, les DRM qui pourrissent le système et l’appât du gain qui maintient un prix trop élevé.

    philou le 25.09.2012 à 12 h 52 min

    Utilisation exclusive d’internet vie un ordinateur. Consommation : clip de musique et émissions TV en différé . Une heure par jour . Utube , Dailymotion, sites à caractère scientifique.Wikipedia .

    picco637 le 25.09.2012 à 12 h 51 min

    Internet me permet tout d’abord de découvrir des artistes, les dernières nouveautés…dont je ne serais pas forcément au courant sans internet car je n’ai pas forcément le temps de lire des magazines spécialisés et/ou écouter et regarder des émissions dédiées à la culture. La découverte de ces artistes passe par des extraits disponibles et par les critiques des internautes.
    Ouvrages, musiques et films sont soit commandés sur internet (CD,DVD et livres papiers uniquement) soit repérés pour un achat en boutique.
    Les conditions générales de vente et de propriété de fichier, conditions d’utilisation des fichiers numériques assez obscurs ainsi que les verrous intégrés dans ces fichiers font que je me sens arnaqué. En effet, que penser de l’achat d’un livre numérique que nous ne possèderons pas, qui est verrouillé à l’aide de DRM qui pose problème la plupart du temps pour intégrer le fichier dans une liseuse (cf forums spécialisés où les acheteurs piratent et déplombent les versions qu’ils ont payés car ils n’arrivent pas à s’en servir autrement!!) et que l’on paye 30% plus cher que l’équivalent en poche!!

    En conclusion, l’accès à la culture et sa consommation et très intéressante avec internet, mais les solutions dématérialisées (musiques, vidéos, livres) ne sont pas claires et me paraissent même abusives lorsque l’on sait que l’on paye aussi cher (et souvent bien plus), pour un simple accès pour écouter, voir ou lire.

    Quelles vont être les réponses du gouvernement concernant la vente de ces fichiers dématérialisés??

    Les idées de débat que je lance et les possibles solutions :
    - l’acheteur devient propriétaire du fichier acheté (tout comme il est propriétaire de son livre, CD ou DVD).
    - Dans l’état actuel des conditions de vente et d’utilisation sur les plates-formes de vente en ligne de contenu dématérialisé : obligation pour d’indiquer « Vente de l’accès » et non vente du fichier !!!
    - Dans les conditions actuelles de vente et d’utilisation des livres numériques (accès à un contenu et non propriétaire du fichier), la loi sur le prix unique du livre numérique ne peut pas être appliquée et doit être abrogée! C’est comme si l’on obligeait une personne qui emprunte un livre dans une bibliothèque à payer pour chaque livre un montant défini par l’éditeur !!

    disk91 le 25.09.2012 à 12 h 48 min

    Bonjour,
    Je suis heureux d’etre dans les tous premiers à ouvrir ce débat. Ma consommation sur Internet évolue au fur et à mesure de l’ouverture de nouvelles offres et je pense être un petit consommateur de bien culturel. Je suis un consommateur de radio avant tout et Internet m’offre la possibilité accéder à des podcast ou des emissions en direct. Depuis que l’offre de musique en ligne s’est développée et que son usage s’est simplifier, je suis un petit client régulier d’iTunes. Je suis aussi un fervant adepte de la VOD que ce soit sous la forme de replay ou la forme de location en ligne ou sur ma TV.
    Ceci à pour conséquence que je ne regarde pour ainsi dire plus la TV en direct, je ne consomme plus la TV que depuis ma box et majoritairement en replay.
    Je suis aussi abonné à un quotidien en ligne et m’informe au travers de différents site que ce soit pour l’actu générale ou l’actu spécialisée dans mon domaine.
    Dans ce contexte, je trouve que les lois et mécanismes qui par exemple m’empêchent d’enregistrer la tv depuis ma box sont un grand retour en arrière sur mes libertés passées alors même que les taxes sur la copies privées perdurent et sont en hausse. Mon budget consacré à ce domaine est lui aussi en hausse au fur et à mesure que des services se développent et proposent à un juste prix un accès simple et de qualité aux produits culturel. Je note toutefois que bien que les frais de distribution soient fortement réduits de par la dématérialisation, le prix des services est lui plutot fixe. J’en veux pour exemple le prix d’un album sur iTunes ou la location d’une VOD dont les tarifs sont très proches de ce qui se fait dans le monde physique alors même que plus personne n’a besoin de « tenir la caisse », gérer le stock ou conseiller…
    Je déplore la lenteur à laquelle se sont développés ces services et l’énergie que chaque acteur a, par contre, réussi à mobiliser pour se plaindre de la façon dont « les gens » ont pu traiter leur besoin de dématérialisation.
    Enfin, à ce jour, amateur de photographie, j’aimerai savoir pour quelle raison je paie, pour mes propres oeuvres, des droits à d’autres auteurs, pour me permettre de sauvegarder celles-ci sur l’ensemble de mes différents supports, que ce soit mon appareil photos, mes disques réseaux, ma tablette ou encore les DVD qui au final me permettront de transmettre à mes enfants leur souvenir de jeunesse. Dois-je les mettre dans le Cloud pour qu’ils ne soient plus assujettis ?

vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.